Un besoin est …

... quelque chose qui est nécessaire à un organisme pour mener une vie saine et se développer pleinement. Les besoins se distinguent des désirs et des moyens en ce sens que, en cas de besoin, une déficience entraîne un résultat défavorable évident: une privation, un arrêt de développement, un dysfonctionnement ou la mort.

En d'autres termes, un besoin est une nécessité pour une vie en sécurité, saine et complète alors qu'un désir est un appétit, un souhait ou une aspiration. Et les moyens sont les approches, les substances, les méthodes ou les tactiques appliquées pour satisfaire le besoin.

Dans le psychisme humain idéalement sain et fonctionnel:

  1. on est complètement clair sur les besoins de toutes les dimensions à chaque instant,
  2. on aligne ses désirs sur la satisfaction de ces besoins,
  3. on trouve de manière créative les moyens les plus optimaux, écologiques et efficaces pour les combler, et
  4. on agit sur ces besoins avec intégrité.

 

 


 

 

Les besoins humains sont universels alors que les moyens et les stratégies pour combler les besoins universels peuvent être très diversifiés sur le plan individuel, culturel et social. Plusieurs chercheurs ont proposé des modèles intéressants pour identifier les besoins humains. Vous trouverez ci-dessous une sélection de modèles. Le praticien de la PI utilise ces modèles simplement comme source d’inspiration et comme support pour aider à reconnaître et à identifier les véritables besoins. La philosophie de la PI recommande que la gestion des besoins reste pratique plutôt que académique.

 

La hiérarchie des besoins de Maslow est une théorie de la psychologie proposée par Abraham Maslow dans son article de 1943 intitulé "Une théorie de la motivation humaine" dans Psychological Review. Maslow a utilisé les termes «physiologique», «sécurité», «appartenance et amour», «estime», «réalisation de soi» et «dépassement de soi» pour décrire le schéma par lequel évoluent généralement les motivations humaines. Le but de la théorie de Maslow est d'atteindre le sixième niveau ou stade: le dépassement de soi.

 

 

 

1. Besoins physiologiques - ce sont des exigences biologiques pour la survie humaine, par ex. air, nourriture, boisson, abri, vêtements, chaleur, sexe, sommeil.

Si ces besoins ne sont pas satisfaits, le corps humain ne peut pas fonctionner de manière optimale. Maslow considérait les besoins physiologiques comme les plus importants, car tous les autres besoins devenaient secondaires jusqu'à ce que ces besoins soient satisfaits.

 

2. Besoins en matière de sécurité - protection contre les éléments, sécurité, ordre, loi, stabilité, absence de peur.

 

3. Besoin d'amour et d'appartenance - une fois les besoins physiologiques et de sécurité satisfaits, le troisième niveau de besoins humains est social et implique des sentiments d'appartenance. Le besoin de relations interpersonnelles motive le comportement

Les exemples incluent l'amitié, l'intimité, la confiance et l'acceptation, recevoir et donner de l'affection et de l'amour. Affiliation, appartenance à un groupe (famille, amis, travail).

 

4. Les besoins d'estime - que Maslow a classés en deux catégories: (i) estime de soi (dignité, réussite, maîtrise, indépendance) et (ii) désir de réputation ou de respect d'autrui (statut, prestige).

Maslow a indiqué que le besoin de respect ou de réputation est le plus important pour les enfants et les adolescents et précède la véritable estime de soi ou la dignité.

 

5. Besoins d’actualisation de soi - réaliser le potentiel personnel, s’épanouir, rechercher une croissance personnelle et des expériences de pointe. Un désir "de devenir tout ce que l'on est capable de devenir".

 

 

 

Le modèle de communication compatissante de Marshall Rosenberg, également connu sous le nom de communication non violente (NVC), fait la distinction entre les besoins humains universels (ce qui soutient et motive la vie humaine) et les stratégies spécifiques utilisées pour répondre à ces besoins (moyens). Les sentiments ne sont ni bons ni mauvais, mais sont des indicateurs de la satisfaction ou de la non-satisfaction des besoins humains. Les besoins du maintien de la vie et les besoins du déni de vie sont particulièrement mis en évidence. Contrairement à Maslow, le modèle de Rosenberg ne place pas les besoins dans une hiérarchie.

 

La liste des besoins selon NVC:

CONNEXION

acceptation

affection

appréciation

appartenance

coopération

communication

proximité

communauté

camaraderie

compassion

considération

cohérence

empathie

inclusion

intimité

amour

mutualité

tendresse

respect / respect de soi

sécurité

stabilité

soutien

connaître et être connu

voir et être vu

comprendre et

se faire comprendre

confiance

chaleur

 

BIEN-ÊTRE PHYSIQUE

air

aliments

mouvement / exercice

repos / sommeil

expression sexuelle

sécurité

abri

toucher

eau

 

HONNÊTETÉ

authenticité

intégrité

présence

 

JOUER

joie

humour

 

PAIX

beauté

communion

facilité

égalité

harmonie

inspiration

ordre

 

AUTONOMIE

choix

liberté

indépendance

espace

spontanéité

 

SENS

conscience

célébration de la vie

défi

clarté

compétence

prise de conscience

contribution

créativité

découverte

efficacité

efficience

croissance

espoir

apprentissage

deuil

participation

objectifs

expression de soi

stimulation

raison d'être

compréhension

 

Ce modèle développé par Manfred Max-Neef considère également les besoins comme étant universels et peu nombreux, finis (9 précisément) et classifiables. Max-Neef les considère également comme distincts des désirs qui sont potentiellement infinis et donc insatiables. Dans ce modèle, les besoins sont compris dans un système et sont donc inter-reliés et interactifs et non hiérarchiques comme dans le modèle de Maslow.

Pourtant, Max-Neef estime que les besoins humains sont universels et donc constants, non seulement à travers toutes les cultures humaines, mais aussi à travers les périodes historiques. Ce qui change entre les cultures et dans le temps est le moyen par lequel ces besoins (et les désirs créés en plus) sont satisfaits, mais pas les besoins réels.

 

Max-Neef classe les 9 besoins humains fondamentaux en:

  1. Subsistance
  2. Protection
  3. Affection
  4. Compréhension
  5. Participation
  6. Loisir
  7. Création
  8. Identité
  9. Liberté

 

Dans cette approche, les besoins sont également définis en fonction des catégories existentielles: être, avoir, faire et interagir. À partir de ces dimensions, une matrice de 36 cellules est développée.

 

Besoin Être (qualités) Avoir (des choses) Faire (actions) Interaction (paramètres)
Subsistence santé physique et mental nourriture, abri, travail nourrir, habiller, reposer, travailler milieu de vie, cadre social
Protection soins, adaptabilité, autonomie sécurité sociale, systèmes de santé, travail coopérer, planifier, prendre en charge, aider environnement social, habitation
Affection respect, sens de l'humour, générosité, sensualité amitiés, famille, relations avec la nature partager, prendre soin, exprimer ses émotions intimité, espaces intimes de convivialité
Compréhension capacité critique, curiosité, intuition littérature, enseignants, politiques, éducation analyser, étudier, méditer, enquêter, écoles, familles, universités, communautés
Participation réceptivité, dévouement, sens de l'humour responsabilités, devoirs, travail, droits coopérer, contester, exprimer des opinions associations, fêtes, églises, quartiers
Loisir imagination, tranquillité, spontanéité jeux, fêtes, paix mental rêve de jour, se souvenir, se détendre, s'amuser paysages, espaces intimes, lieux pour être seul
Création imagination, audace, inventivité, curiosité capacités, compétences, travail, techniques inventer, construire, concevoir, travailler, composer, interpréter espaces d'expression, ateliers, publics
Identité sentiment d'appartenance, estime de soi, cohérence langue, religions, travail, coutumes, valeurs, normes apprendre à se connaître, grandir, s'engager lieux auxquels on appartient, paramètres quotidiens
Liberté autonomie, passion, estime de soi, ouverture d'esprit droits égaux dissidence, choisir, prendre des risques, développer la conscience n'importe où

 

Avec la définition idéale de la gestion des besoins ci-dessus, il devient tout à fait clair que plusieurs aspects peuvent être entravés en cours de route, tels que:

  • ne pas savoir ou ressentir ses besoins
  • avoir de la confusion sur ses besoins
  • ne pas admettre ses besoins
  • penser avoir des besoins contradictoires
  • besoins excessifs par rapport aux vrais besoins
  • ne pas se donner la permission d'avoir des besoins
  • se sentir coupable d'avoir des besoins
  • ne connaître ses besoins que partiellement
  • avoir de faux besoins
  • ...
  • inadéquation entre les désirs et les besoins
  • désirer le contraire ou quelque chose de complètement différent à ce dont on a besoin
  • la paresse / ne pas vouloir assumer la responsabilité de ses besoins
  • codépendance: s'appuyer excessivement sur d'autres personnes
  • abus: laisser quelqu'un d'autre s'occuper de ses besoins dans un échange malhonnête
  • désirs distraits, vouloir des choses dont on n'a pas besoin
  • ...
  • ne pas savoir comment répondre aux besoins
  • utiliser les mauvais moyens ou approches pour certains besoins
  • utiliser (ou croire en la nécessité d'utiliser) des moyens hors de proportion avec le besoin réel
  • utiliser les fantasmes comme substituts aux vrais moyens
  • le pessimisme: croire à l'impossibilité ou à un défi insurmontable, incapable de répondre aux vrais besoins
  • la rigidité: être fixé d'une certaine manière pour satisfaire ses besoins et bloquer les possibilités illimitées du moment présent
  • ...
  • ne pas agir sur ses désirs appropriés (désirs alignés avec des moyens accessibles avec un potentiel réaliste pour satisfaire les vrais besoins)
  • force volontaire disproportionnée (manque ou excès): faire trop peu ou trop d'effort pour un certain besoin
  • perte d'intégrité: stratégies malhonnêtes pour obtenir ce que l'on veut
  • se vendre: ne pas respecter sa propre intégrité
  • donner / payer trop ou trop peu pour ce que l'on obtient
  • ...

 

 

Max-Neef classifie comme suit les Satisfacteurs (moyens de répondre aux besoins).

 

  1. Violateurs: prétendent de s'occuper des besoins, mais en fait, rendent plus difficile la satisfaction d'un besoin. Par exemple, boire un soda annoncé pour étancher votre soif, mais les ingrédients (tels que la caféine ou les sels de sodium) vous font uriner davantage, vous laissant moins hydraté au final.
  2. Pseudo Satisfacteurs: prétendre satisfaire un besoin, mais en réalité avoir peu d'effet sur la satisfaction d'un tel besoin. Par exemple, les symboles de statut peuvent aider à s'identifier au début, mais il y a toujours le risque de les absorber et d'oublier qui vous êtes sans eux.
  3. Satisfacteurs Inhibants: ceux qui satisfont un besoin donné entravant sérieusement la possibilité de satisfaire d’autres besoins. Principalement à l'origine de coutumes, habitudes et rituels profondément ancrés. Par exemple, une famille surprotectrice étouffe l’identité, la liberté, la compréhension et l’affection.
  4. Satisfacteurs Singuliers: ceux qui satisfont uniquement un besoin particulier. Ceux-ci sont neutres en ce qui concerne la satisfaction des autres besoins. Pour ceux qui n’ont pas les moyens de trouver des satisfactions singulières dans leurs conditions socioéconomiques d’encadrement, les programmes de volontariat, du secteur privé ou des programmes publics sont souvent institutionnalisés. Par exemple, les programmes de bénévolat dans le secteur de l'alimentation et du logement aident à satisfaire les besoins de subsistance des personnes moins fortunées.
  5. Satisfacteurs synergiques: ceux qui satisfont un besoin donné tout en contribuant à la satisfaction d'autres besoins. Ceux-ci sont anti-autoritaires et représentent un renversement des valeurs prédominantes de concurrence et de cupidité. Par exemple, l'allaitement maternel donne à l'enfant un moyen de subsistance et contribue à son développement en termes de protection, d'affection et d'identité.