Le cycle de transformation

L’être que nous sommes aujourd’hui ressemble peu à celui que nous étions en venant au monde. Les évidences sont écrasantes. Notre corps, nos compétences, nos connaissances et notre expérience ne ressemblent aucunement au corps, à l'impuissance, à l'ignorance d’un nouveau-né sorti de l’utérus de sa mère. Que s'est-il passé entre temps? Comment ce petit tas de chair, d'à peine 5 kilos, totalement dépendant, sans paroles, sans vue, sans coordination a-t-il pu devenir une personne autonome dans ce monde, intelligent, habile et mature? Bien sûr, cela ne s'est pas produit en un jour. Une succession de milliards de minuscules, petits et grands processus de croissance ont transformé ce nourrisson en un être adulte. Et ces processus de croissance ne s'arrêtent jamais. Ils continuent simplement avec le temps et selon le dialogue évolutif entre les choix, les circonstances et les lois cosmiques.

Certains processus de croissance sont consécutifs. L'achèvement d'un processus conduit systématiquement au début du cycle de croissance suivant. Par exemple, la croissance des nouveau-nés, des bébés, des tout-petits, des enfants, des adolescents, des jeunes adultes, des adultes, des personnes âgées, des anciens et des aînés. Certains processus sont parallèles et s'influencent mutuellement. Par exemple, la croissance biologique et la croissance psychologique ont un impact mutuel, mais en même temps elles ne sont pas totalement conditionnées l’une par l’autre. La biologie et la neuropsychologie attestent de l’influence de nos gènes et de notre cerveau physique sur notre personnalité et nos comportements. Et inversément, l'analyse bioénergétique établit un lien entre la constitution de notre caractère et son influence sur la formation de notre corps physique et de nos structures musculaires.

Avec les années et à travers mon activité en thérapie, en guérison, en coaching, en travail psychocorporel et en développement spirituel, j'ai observé des schémas de croissance en tant que processus cycliques. Au fil des ans, j'ai développé et affiné un modèle qui m'a été très utile pour comprendre la croissance et l'évolution – selon la perspective de notre compréhension humaine qui est limitée et finie. Bien plus qu’une forme de compréhension, ce modèle m’a été bénéfique dans la mesure où il m’a permis de gérer plus harmonieusement les processus de croissance, à la fois pour moi-même et dans l’accompagnement des autres.

Concernant l'évolution et à la croissance, on peut adopter deux positions défavorables, alors qu'une troisième position positive-neutre constitue une attitude particulièrement favorable. Cette dernière nous aide à vivre l'expérience des processus de croissance aussi agréablement que possible et elle nous permet de réaliser le plus beau et le plus haut potentiel dans ce processus. Cette troisième position positive-neutre est la voie du juste milieu entre deux positions polaires désavantageuses. Pour trouver la voie du milieu, il est peut-être plus facile d'étudier d'abord les déviations dualistes de ce chemin d'or, puis de s’apercevoir le contraste. Dans la disjonction bipolaire, nous constatons d'une part que nous pouvons (temporairement) contrecarrer ou biaiser la croissance et, d'autre part, que nous pouvons nous précipiter vers dans des changements hâtifs. Ces deux polarités constituent chacune un obstacle au développement naturel et organique. 

Le pole 'opposition'

A toute croissance est toujours associée une certaine inertie. Cette inertie n'est pas en soi une contradiction à la croissance. Nous allons explorer cette question plus en profondeur avec l’étude de la phase ‘résistance'. Elle peut être un facteur d'équilibre qui assure la cadence et le rythme corrects d'un processus de maturation. L’opposition, cependant, est un motif actif ou passif contre le mouvement évolutif sain de la vie, soit dans les individus, dans la nature ou dans la société. La contre-activité passive est le résultat de la paresse, de l'inconscience et d’un manque de vision. En effet, cette forme d'inertie appartient à la résistance passive au déploiement. La résistance active est une opposition plus ou moins consciente à l'expansion organique de la vie évolutive. Cette attitude peut être motivée par la peur du changement ou de l'inconnu, par l'attachement nostalgique au passé ou par la foi aveugle à la tradition. Il y a des milliers de formes d'objection et au moins autant de raisons, souvent compréhensibles, mais pas pour autant justifiées. 

Le pole 'compulsion'

À l'autre extrémité de cette polarité, il y a une obsession de changement forcée. Cette polarité a également une variante passive et active. La compulsion passive est une forme de névrose. C'est une pression aveugle dans une direction qui ne connaît pas de fondation. Cela peut être un grégarisme à une société hyperactive. Ce peut être une fuite du moment présent, une incapacité à vivre l’instant présent dans sa plénitude, ou encore beaucoup d'autres mécanismes.

La composante active de la compulsion de changement forcée est aussi aveugle que la composante passive, mais se distingue déjà du comportement du troupeau. Elle a un aspect révolutionnaire égocentrique. Elle s'oppose à ce qui est et cherche à imposer son image idéalisée à lui-même et/ou à son entourage. Donner corps et âme aux idéaux est formidable. Décréter ces principes aux autres est le reflet d’un comportement enclin à la violence. C'est une forme d'idéalisme devenu trop fanatique et perturbé. Une ambition excessive et un idéalisme fanatique vident les changements de tout leur sens et leur substance, et ne sont que la poursuite aveugle d’un engrenage machinal.

Le chemin du milieu neutre-positif nous maintient alignés avec notre potentiel le plus élevé et permet sa germination, maturation et mobilisation en harmonie avec les rythmes enrichissants de la croissance évolutive. Ce chemin équilibre parfaitement les aspects actifs et passifs du développement. 

Cet équilibre élimine les risques de déviation vers les dualités extrêmes. En outre, les composants actifs et passifs sont dans ce cas-ci parfaitement appariés. Les deux pôles fonctionnent de pair de façon infaillible, se complétant et se renforçant l'un l’autre.

Effort et repos, agir et être, actif et passif, donner et recevoir, diriger et suivre, initiative et réceptivité, etc. Dans ces conditions, les deux pôles sont optimisés en tant que démarches constructives tout en maintenant un équilibre créatif. L’effort ne sera pas vécu comme une peine car il sera porté par un état d'être dynamique. L’état de repos ne glissera pas vers la torpeur car la conscience lucide restera présente.

Cette voie moyenne neutre-positive que nous tentons d’apprivoiser avec la Présence Intégrale est la manière la plus authentique et la plus naturelle d'être et de vivre. Et c'est ce qui la rend si belle. Nous ne devrions pas avoir à nous frayer ce chemin car l’acte de vivre authentiquement ouvre le chemin. Il ne faut donc pas d’abord créer le chemin pour trouver la permission, le courage ou la force de vivre authentiquement. C’est mettre la charrue avant les bœufs. Cette route se déploie spontanément en étant authentiquement qui nous sommes et en vivant à partir du cœur, de l'âme et de l'esprit.

On peut étudier le cycle de transformation sous de nombreux angles. On peut proposer des variations, résumer certains aspects et en développer d’autres. Au fil des années, il y a principalement 6 éléments dans ce cycle qui m’ont semblé cruciaux. Par conséquent, je les appelle les 6 phases du cycle de transformation. Un exemple simple constitue la façon la plus claire de les présenter. Un enfant de 6 ans va à l'école primaire pour la première fois. L'enfant n'a pas encore la connaissance de tous les sujets qui seront fournis. C'est la phase préconscience. Il y a une forme de connaissance en approche, mais pour le moment elle est encore hors de l'esprit de l'enfant. Dans la classe, les enfants sont rassemblés et les règles sont mises en place pour mettre de l'ordre dans le groupe et mettre en place le système éducatif. Même si l’enfant s’accommode facilement, il lui faudra toujours s’accoutumer pour faire face à une nouvelle situation. C'est la phase de résistance. Cette phase est aussi naturelle que toutes les autres et n'est nullement négative en soi. Ensuite, les leçons commencent et le matériel d'étude est présenté. C'est la phase de confrontation. De nouvelles informations stimulent la prise de conscience de l'enfant. Cela provoque une agitation dans la conscience de l’enfant. Les idées, les connaissances et les images établies dans la conscience de l'enfant sont mises en lien avec de nouvelles idées et connaissances. Cette nouvelle information peut être partiellement cohérente et partiellement incompatible avec le monde des idées précédentes. Cette agitation est la phase du chaos. L'information cohérente peut confirmer et soutenir les connaissances antérieures. Les informations initialement incohérentes peuvent provoquer de l'étonnement qui rendra nécessaire la conversion des informations contradictoires en un nouvel ensemble consistant. C'est la phase de réorientation. De nouvelles idées et de nouveaux concepts sont formés et l'enfant commence à s’approprier et à apprivoiser le matériel d'apprentissage. Une fois que le matériel d'apprentissage a été compris, l'enfant peut utiliser cette connaissance et en profiter. C'est la phase d'intégration.

Toutes ces phases font partie du processus évolutif naturel. Un processus d'apprentissage authentique se déroule harmonieusement et spontanément. Nous ne devons pas inventer ou contrôler ce processus. Il se déroule automatiquement. Cependant, il peut arriver que certains accrocs ralentissent ou obstruent quelques phases. Dans ce cas, une bonne compréhension et un bon accompagnement du cycle de transformation permettent au processus de croissance naturelle de retrouver sa vitesse de croisière optimale. Nous ne pouvons jamais déterminer le processus de croissance, mais nous pouvons l’aider ponctuellement. L’intention n’est pas de fabriquer des processus de transformation, d'apprentissage ou de croissance. C'est une opération de changement forcé. La croissance est un mouvement spontané qui vient de l’intérieur, la totalité du pouvoir et de la sagesse d’accomplissement lui sont inhérents. Il s’agit donc de suivre le mouvement et finalement de s’y abandonner entièrement. Lorsque nous nous abandonnons complètement dans le flux de notre être, toutes les étapes des cycles de croissance ou de transformation peuvent s’effectuer en douceur et sont à peine distinguées. Aussi sublime ce chemin puisse-t-il devenir.

Toute vie est en transition

Le cycle de transformation a été identifié dans une variété de processus de changement. L'apprentissage dans l'éducation, la croissance biologique des plantes, les animaux et les humains, la division cellulaire, la guérison des traumatismes, l'évolution de la science, la dynamique de groupe, le développement social, la croissance spirituelle, l’évolution culturelle, la théorie de l'évolution, les mouvements cosmiques de l'univers, bref tous les phénomènes du monde manifeste sont en permanent changement.

Le chemin de la transformation …

… est un chemin de conscience et de perfection. Le mot « perfection » n ‘a pas ici le sens du perfectionnisme. C'est une route de progression, devenir authentique et être qui on est, réaliser son plein potentiel. Il comprend un élément de croissance et un élément d’unification. La croissance est l'évolution d'une identité plus ou moins limitée vers une conscience plus large, une conscience de notre être véritable, un renouvellement constant de nos capacités et ressources intérieures.

L’élément « unification » peut concerner d’une part la guérison, le retour à l’entièreté, d’autre part il peut toucher à l’intégration en tant que connexion harmonieuse des différentes facettes et dimensions intérieures d’un ensemble cohérent.